New Economy

La série New Economy pose la question de la mondialisation confrontée au changement de paradigme dû à la pandémie. La mauvaise passe que traverse l’humanité engendre des turbulences économiques partout dans le monde et constitue notamment une menace pour les échanges commerciaux, impactant de facto le fragile équilibre lié à ce système à l’échelle de pays entiers. Métaphoriquement, la série recycle des pièces de monnaie frappées à l’effigie de dirigeants historiques ou contemporains, de leaders politiques ou de personnages mythiques, incarnant des opinions divergentes voire contraires tant sur le plan politique qu’économique. À présent, ces symboles apparaissent désormais masqués et semblent universellement d’accord sur un point : une époque proche de l’asphyxie. Paradoxalement, la série New Economy n’est pas matérialisée sous forme de pièces frappées en métal précieux tels que l’or ou l’argent, mais éditée sous forme de timbres, procédé moins coûteux, certes, (Low Economy, Système D, Arte Povera) mais néanmoins symboliquement susceptible d’être expédiée aux quatre coins du monde et de contaminer l’opinion par son message : la question d’une expansion tous azimuts et d’un enrichissement perpétuel se heurte à la celle d’un repli sur soi et le recours à des moyens de survie simples et peu onéreux. Art politique ayant pour titres des propos séditieux tels que « In Gold we Trust » « Resist with Mao Collar Mask » « Toxic Value, or Big Mouth ? » « Bijoux de la Reine, ou Valeur Refuge? » « New Deal, But Not Golden Age » « Mascara o Muerte » etc… la série, tout en tournant en dérision des symboles ou des mythes érigés en valeur sûre, alerte sur l’urgence de repenser un nouveau genre d’économie.


Learn More

Carlusmagnus

série New Economy, dimensions variables, 2020

CHE

série New Economy, dimensions variables, 2020


Sabine Pigalle


Née en France en 1963 Vit et travaille à Paris Formation: Études de Lettres Modernes Paris Sorbonne. Sabine Pigalle, artiste visuelle privilégiant le medium photographique, s’inscrit dans la mouvance d’une nouvelle génération qui naviguent aux frontières troubles de la réalité et de la fiction. Les principaux axes de son travail interrogent les mythes, le patrimoine, la notion temporelle, la mémoire collective, et se concentrent autour du portrait traité comme représentation d’archétypes décalés. Apparentée au mouvement de la Post-photographie, elle produit des œuvres transversales qui hybrident peintures et photographies, art ancien et art contemporain, figuration et abstraction.


Learn More

Sabine Pigalle, planche de timbres de la série New Economy, 21 x 29,7 cm, 2020

Sabine Pigalle


Learn More

Guillaume de Sardes

Tim Parchikov


Guillaume de Sardes

Photographe-écrivain, historien de l’art et commissaire d’exposition. Son travail qui porte sur l’errance, les femmes et la nuit a été exposé en France, notamment à la Maison européenne de la photographie et à la Maison de la culture du Japon, ainsi qu’à l’étranger. Ses romans sont publiés chez Hermann, Grasset et Gallimard.


Né en 1979, vit et travail à Paris.

Learn More

Tim Parchikov

Explore des questions sociales et humanistes à travers la photographie et la vidéo. L’emprunt au cinéma pour chorégraphier le suspense visuel qu’il retranscrit vient de ses années de formation en cinéma. Ses expositions, sont accueillies dans le monde, notemment à Moscou, Multimedia Art Museum et Museum of Modern Art, Madrid, Juana de Aizpuru Gallery, Paris, Maison européenne de la photographie, Daegu, Photo Biennale...


Né en 1983, vit et travail à Moscou et Paris

Learn More

Vers l’Est, Riga, 2011-2019

Guillaume de Sardes


Tirage sur aluminium par subligraphie, 18 x 27cm


Ed n°1/7 + 2 AP

Learn More

Magnitogorsk City

Tim Parchikov


from the project Magnitogorsk. From Stalin to Putin. 2011.


Tirage sur aluminium par subligraphie, 100 x 150cm, 5/5 + 1 AP


Learn More

East Side Stories

Ayant initié une série de dialogues depuis quelques années, la Galerie Odile Ouizeman est heureuse de présenter le regard croisé de deux artistes qui explorent la photographie, l’écriture mais également la vidéo, Tim Parchikov et Guillaume de Sardes.


“D’une ville à l’autre, je n’ai fait que poursuivre des rêves”, “atmosphère d’inquiétante féerie”, les mots qui accompagnent les photographies issues du projet Vers l’Est de Guillaume de Sardes trouvent un écho particulier dans celui de Tim Parchikov, Magnitogorsk. From Stalin to Putin.


Ces deux observateurs de l’Est regardent de “l’intérieur”. Budapest, Bakou, Berlin, Kiev, Moscou, Vilnius… Villes traversées, paysages, fiancées ou beautés d’occasion au visage blanc, tremblé, croisées dans une chambre d’hôtel : c’est la vie qui fournit à Guillaume de Sardes les sujets de ses photographies. Vers l’est tient à la fois du roman photographique et du journal intime. Ici, la création est liée à l’errance et à la quête de soi.


Tim Parchikov et Guillaume de Sardes voient dans la grande et la petite histoire un terrain d’expériences qu’ils parcourent pour saisir l’essence de l’instant. Ces deux photographes construisent une image atmosphérique, cinématographique, un basculement qui entraîne l’oeil vers un champs (de force) pictural. Avec un magnétisme évident qui émane de leurs images. Peut-être une autre raison pour que Tim Parchikov pose son regard facétieux et empreint de magie sur une ville surgie de nulle part dans les années 30 au sud de l’Oural, Magnitogorsk.


Tirant littéralement son nom du Mont d’Aimant, une anomalie magnétique qui l’encercle, Magnitogorsk est aujourd’hui une ville figée dans le temps à proximité d’un énorme fossé signifiant que tout le fer a été extrait. C’est l’une des ville les plus polluées au monde qui enterre les utopies et absorbe des habitants sans illusion ni désillusion. Une ville enveloppée ou engloutie par une brume qui s’échappe de l’organe central de la ville, l’usine, et diffuse sa lumière chaude et rosée.


Le décor d’une production fantastique réalisée sans effets spéciaux. Une usine et ses dirigeants qui contrôlent toute l’économie de la ville, avec en arrière plan la menace d’une nouvelle crise économique, la concurrence de la métallurgie chinoise ou un désaccord politique entre la Russie et le Kazakhstan. C’est aussi une menace que Tim Parchikov a vu à Magnitogorsk car ces innombrables facteurs peuvent conduire l’usine à la faillite et la ville à un désastre économique et humanitaire. Faut-il voir pour autant les oeuvres de ces deux artistes comme un simple témoignage? «Le témoin pour un philosophe est, d’une certaine manière, aussi étrange que le poète ou le fou»* dit Stanislas Breton. Il nous reste alors à engager un mouvement et à suivre, le temps du dialogue, ces deux artistes dans ces East Side Stories...



*Témoignage et raison, Le Témoignage, p.190.


Learn More

Exaggerated Feelings

Cette exposition, revendique des valeurs humaines, elle axe sur les sentiments, sur la conscience pour nous amener à nous demander : quelles sont les valeurs de la machine ? Autour des oeuvres de Donatien Aubert, Asdrubal Colmenarez, Kamilia Kard, Tomek Jarolim et Fabien Zocco nous sommes invités à regarder d’autres processus créatif se matérialiser. Asdrubal Colmenarez, présente une œuvre interactive qui interroge la collaboration entre l'humain et le robot alors que Donatien Aubert s’engage dans une esthétique alliant art et science, Fabien Zocco, nous renvoie aux prémices d'une histoire, désormais programmée et Kamilia Kard met en scène la question de la beauté avec une "digital venus". Quant à Tomek Jarolim il déborde d'effets pour initier des réflexions dérangeantes


Exagerated Feelings est un engagement des natifs digitaux, liés par le fil algorithmique de l'intuition, reliés par l'intelligence naturelle, désordonnés, construisant un habitat où tout est à faire?


Learn More


La Torre dell’anima

(tomographies préopératoires), 2017 Impressions 3D par frittage de poudre, polyamide, vernis mat, inox poli miroir, Tomographies anonymisées. Avec la collaboration du chirurgien maxillofacial Roman Hossein Khonsari Echelle 12:10

Donatien Aubert

Artiste, chercheur et auteur.


Né en 1979, vit et travail à Paris.
Après avoir accompli ses principales études à l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy (DNSEP obtenu avec les félicitations du jury — 2014), il a été membre du programme Spatial Media du Laboratoire de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (EnsadLab), spécialisé dans la conception d’environnements 3D interactifs, immersifs et partagés. Depuis 2019, il est docteur en littérature comparée de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Donatien Aubert appuie son travail plastique (vidéo, volume, installation, conception et fabrication assistées par ordinateur, réalité virtuelle, projets art-science) sur des recherches qui l’ont amené à travailler avec plusieurs laboratoires, notamment le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), l’EnsadLab, le Labex OBVIL ou encore l’Assistance Publique — Hôpitaux de Paris.

Learn More

Robot automate 40X40X40cm, 2007

Asdrubal Colmenarez

Parallèlement à son activité artistique, il est professeur d’art contemporain à l’Université de Vincennes à Paris depuis 1973 et a représenté son pays, le Venezuela, à la Biennale de La Havane en 1983 et 1985. D’importantes institutions et galeries d’art ont également soutenu pendant très longtemps l’œuvre d’Asdrubal Colmenarez en l’intégrant dans de grandes collections et œuvres monumentales en Amérique latine, en Europe et en Asie, le consolidant ainsi en tant qu’artiste de la scène internationale à qui de nombreux hommages ont déjà été rendus, tels qu’un honris causa de l’université ULA Venezuela. Asdrubal travaille actuellement dans ses ateliers à Paris en France et à Tenerife en Espagne.


obtient la bourse de la Fondation Guggenheim à New York en 1970.

Learn More

Random Series. Installation générative 2016~. Logiciel dédié, ordinateur, écran plat. Dimensions variables.

Tomek Jarolim

est né en 1983 à Aix-en-Provence


Son travail interroge le statut du regardeur ainsi que le regardable lui-même, à travers une recherche sensible autour de la lumière et la couleur du pixel. Ses pièces prennent la forme d’images génératives diffusées sur une large palette de dispositifs : écrans, smartphones, vidéoprojections, éditions, performances scéniques, ou directement sur les paupières.
Sa pratique artistique se concentre sur les différentes manières de donner à voir – ou à ressentir – les limites de la machine et de la perception, en invoquant tantôt l’infiniment grand et l’infiniment petit, tantôt le si loin si poche. Ses travaux s’appuient sur la recherche d’algorithme, ou les phénomènes optiques ou lumineux qui challengent la perception.
Parallèlement à ses projets personnels, il collabore à des projets tels que Fenêtre Augmentée de Thierry Fournier au Centre Pompidou ou Discontrol Party de Samuel Bianchini à la Gaîté Lyrique. En 2011, il signe la création numérique de Ring Saga, un opéra mis en scène par Antoine Gindt d’après L’anneau du Nibelung de Richard Wagner, pour lequel il travaille également sur une « rêverie » intitulée Voyageur à Venise (Wanderer Post-Scriptum).


Learn More

Womans as a Temple, 29x27x40cm, sculpture 3D 201

Kamilia Kard

est une artiste hongroise / italienne née à Milan, en Italie.


Elle est titulaire d’une maîtrise en économie politique (CLEP) de l’Université Bocconi de Milan (2003), d’une licence en peinture (2012) et d’une maîtrise en art net (2014), toutes deux de l’Académie des beaux-arts de Brera, Milan. Le travail de Kamilia Kard se concentre sur la construction de l’identité dans Internet ag.
Depuis 2016, elle enseigne les langages multimédias à l’Académie des Beaux-Arts de Brera, Milan, Netart à l’Académie Alma Artis de Pise et la modélisation 3D à l’Académie des Beaux-Arts de Carrare. Actuellement Kamilia Kard travail entre la France et l’Italie et dans le cybermonde.


Learn More

Chirotope, Sculpture robotique, 2020. Mains robots, électronique. (“Chiros” = mains,” topos” = lieu)

Fabien Zocco

explore le potentiel plastique de la dématérialisation informatique, des applications et autres logiciels Jouant des infinies possibilités offertes par le réseau digital, il reprend les icônes de la culture populaire numérique et l’esthétique virtuelle, pour créer des architectures, des formes ou des récits futuristes. Non sans une pointe de dérision, il interroge notre rapport aux nouvelles technologies qui ont envahi notre quotidien et sonde notre rapport au virtuel.» Sonia Recasens, catalogue Jeune Création 2014


Son travail a notamment été présenté en France (Le CENT-QUATRE (Paris), Le Fresnoy (Tourcoing), Fond Régional d’Art Contemporain Poitou-Charentes (Angoulême)...), en Chine (Pearl Art Museum, Shanghai), au Mexique (Institut Français d’Amérique Latine, Mexico), au Canada (galerie de L’UQTR, Trois-Rivières), en Pologne (programme A-I-R, Wroclaw), en Belgique (Biennale NTAA (Gand), Musée Royal de Mariemont), en Allemagne (GEH8, Dresde) et en ligne (The Wrong - New digital art biennale).


Fabien Zocco est diplômé du Fresnoy-Studio National des Arts Contemporains (2016, félicitations du jury).


(“Chiros” = mains,” topos” = lieu)


La pièce présente deux mains robotiques à l’aspect métallique et mécanique, qui entretiennent un dialogue où le geste se substituerait à tout contenu verbale ou sémantique. La facture éminemment antinaturelle des deux mains évoque autant la tradition picturale des représentations d’écorchés -les câbles associés aux mécanismes divers remplaçant les muscles, tendons et autres terminaisons nerveuses habituelles du genre-, autant qu’elle leur confère une dimension science-fictionnelle résolument assumée.


Avec le soutien de la ville de Lille et du festival ZERO1.

Learn More

Lots of Exhibits!

Every day month new exhibition arrive in our Art Gallery. Do not
wait and contact us.

Contact

Stay Touch With Art Gallery
of Paris

Opening Hours

Tueday to Friday: 2.00 PM– 7.00 PM
Saturday: 11.00 am– 7.00 PM

Contact Info

12 Rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris

contact@galerieouizeman.com
01 42 71 91 89

Social Contact

(c) 2020 Galerie Ouizeman - All rights reserved.